Témoignage : "Je fais naître des bébés depuis trente-cinq ans !"

Sylvie Coché, 58 ans, a connu un temps où les grossesses se déroulaient sans échographie, où l’on accouchait sans péridurale. Trente-cinq années passées qui ont fait d’elle une sage-femme d’expérience, et sans nul doute aussi une femme sage. Dans son livre « Poussez, madame ! », (éd. de l’Opportun), elle nous livre ses confidences de salle d’accouchement....

"Je me suis sentie faite pour ça"

"Je suis tombée amoureuse de ce métier à 19 ans, alors que j’avais demandé à effectuer un stage d’une semaine dans une maternité, par curiosité. Ces quelques jours à assister à des accouchements m’ont révélé tout ce que cette profession peut avoir de rocambolesque, d’amusant, de touchant, de bouleversant, de surprenant, de gratifiant… Je me suis sentie faite pour ça ! Je n’ai jamais regretté mon choix, jamais ressenti l’ennui ou la routine, chaque jour m’apportant son lot de surprises. Comme ce bébé boulet de canon, tellement pressé de venir au monde qu’il a rebondi dans la culotte de sa maman que j’étais en train d’aider à se déshabiller. Sa glissade n’a été stoppée que grâce au cordon ombilical ! Ou comme cet autre bébé, encore bien à l’abri dans le ventre maternel, qui a tété le doigt que j’avais glissé pour vérifier l’ouverture du col : j’en ai flageolé d’émotion sur mes jambes.

"Avant l’échographie, la naissance était une révélation"

En trente-cinq ans d’exercice, mon métier de sage-femme a bien sûr beaucoup changé. Quand j’ai débuté, les mères passaient toute la grossesse sans faire d’échographie : la découverte de leur bébé était donc totale le jour où il pointait le bout de son nez. Le suspense entretenu pendant neuf mois autour du sexe notamment conférait à la naissance un caractère presque magique. Une sorte de révélation ! Par contre, en cas de malformation comme un bec de lièvre ou des doigts manquants, le choc était alors terrible. Pour la mère en tout premier lieu car elle n’avait pas eu la possibilité de se préparer à cette réalité avant la naissance et la rencontre avec

(...) Cliquez ici pour voir la suite