Témoignage : "Mon hyperémotivité m'a empêchée de vivre pendant 27 ans"

·1 min de lecture

"On n'en meurt pas, mais mon hyperémotivité m'a empêchée de vivre sereinement et de me réaliser pendant vingt-sept ans. J'étais handicapée de moi-même, en fait. Je le comprends à l'adolescence.

À 13 ans, la natation est ma passion et j'intègre un club régional, sans penser une seconde aux compétitions. Le jour J de la première, j'ai l'impression de me dissoudre, un tsunami de palpitations m'oppresse et je perds tous mes moyens. Quand je monte sur le plot de départ, je ne sais plus comment nager le crawl ni plonger. Résultat : lorsque le top retentit, je saute dans l'eau au lieu de plonger et j'enchaîne mes 50 mètres à la brasse. C'est la première humiliation infligée par mon hyperémotivité.

Je prends de plein fouet tout ce qu'on me dit

Dès lors, les stratégies d'évitement deviendront mes alliées pour ne plus souffrir démesurément. Car être hyperémotif, c'est très violent, parce que les émotions ressenties sont elles-mêmes très intenses. Je mets trop d'affect, trop d'empathie, trop de moi dans tout ce que j'éprouve, que ce soit positif ou négatif. Tout m'émeut, un rien peut me fragiliser ou me révolter et je réagis puissance mille. Tout ce qui glisse comme sur les plumes d'un canard chez les autres, au mieux, me perturbe, au pire, me met à terre. Je prends de plein fouet tout ce qu'on me dit et tout ce que je vois.

Un jour, par exemple, le Samu pédiatrique est passé devant moi, sirènes hurlantes, j'ai éclaté en sanglots, en pensant à (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Faites le plein d'énergie pour attaquer l’hiver au top !
Bien-être : 3 techniques pour méditer en courant
Comment gérer une relation toxique au bureau ?
Votre Santé Paris : Les effets du changement d'heure sur la santé
Le vélo qui va vous faire aimer le sport

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles