TÉMOIGNAGE. “J’ai brisé ma famille pour l’homme de mes rêves, ça m’a presque tuée”

Le DailyMail l’a nommée Emily mais son prénom a été changé pour des questions de confidentialité, tout comme l’homme qui a fait basculer sa vie. Emily était mariée avec des enfants quand elle a rencontré Angus. Le coup de foudre a été immédiat et quelques semaines plus tard, elle n’hésitait pas à se séparer de son mari pour officialiser avec celui qu’elle a pris pour l’homme de sa vie. Dans son témoignage, elle tient cependant à mettre en garde les femmes qui, comme elle, pourraient rester aveugles aux red flags et en payer douloureusement le prix. Car plusieurs signes pointaient vers le genre d’homme qu’était Angus, mais il peut être difficile de les voir lorsqu’on se croit amoureux.

Comme l’explique Emily, les pervers narcissiques présentent tous certaines caractéristiques qu’il est possible de remarquer. Parmi elles, le fait qu’Angus ait toujours été entouré de beaucoup de femmes mais n’ait aucun ami homme, et ne supporte pas qu’elle parle à des hommes. "Il ne voulait pas que je parle à d'autres hommes, sauf mon ex si ça concernait les enfants. Il me traitait de salope dès que je parlais à un autre homme" explique Emily. Autre signe, l’isolement. Les pervers narcissiques tentent toujours d’isoler leurs victimes pour mieux les contrôler et exercer leur emprise. C’est ainsi qu’Emily a vu son cercle social diminuer petit à petit jusqu’à n’avoir plus qu’une seule amie. Cela a permis à Angus de mieux rabaisser (...)

Lire la suite sur Closer

Sienna Miller enceinte de son deuxième enfant à 41 ans : sublime en bikini, elle dévoile son baby bump
Prédateur des bois : "Je suis un porc", le récit glaçant du violeur en série présumé
Nice : un célèbre champion de F1 filmé sur l’A8 à une vitesse délirante… et la suite est encore plus consternante
"Sur rendez-vous…" : Charlene de Monaco ne vivrait plus sur le Rocher, nouvelles fuites sur son partenariat avec Albert II
Marwan Berreni (Plus belle la vie) toujours disparu : un membre de sa famille consent à parler