Témoignage : "J'ai choisi l'habitat participatif"

Sofie, 31 ans, ingénieure. D’origine suédoise, cette jeune mère de famille habite avec son compagnon et leur fils un trois pièces à la Cartoucherie. Cet éco-quartier, situé à un quart d’heure en vélo du centre-ville de Toulouse, abrite un ilot participatif de quatre immeubles, basé sur la mutualisation des biens et la solidarité. Son bilan ? Cela a changé sa vie !

C’est le rêve de tout jeune couple : faire construire sa maison. Pour Sofie et Sylvain, sensibles à la cause environnementale, elle ne pouvait être que “bio”, écoénergétique et durable. Au printemps 2013, une réunion organisée à Toulouse par une association émanant de la Fédération Française des Coopératives d’Habitants (Habicoop) chamboule leur plan. L’idée de fédérer un groupe d’une vingtaine de volontaires motivés pour créer, concevoir et gérer leur habitat collectivement, autour d’un projet de vie commun, les séduit aussitôt. Le projet se concrétise cinq ans plus tard, le temps de trouver les financements, faire valider le permis de construire, et se mettre d’accord sur le projet architectural. Tout est plus long quand on prend les décisions en commun !

“Même dans les pièces communes, je me sens chez moi”

Notre immeuble, composé de dix-sept logements (du T2 au T6), ne comporte que quatre étages, quand les trois autres de l’ilot participatif (89 logements au total) mesurent le double. Sa dimension est plus humaine. Nous sommes vingt-deux adultes dans la coopérative, ce qui signifie que nous sommes tous propriétaires de l’immeuble, contrairement aux trois autres bâtiments, organisés en copropriété classique. C’est une entreprise que nous gérons ensemble. La coopérative nous protège contre la spéculation immobilière. Elle comporte en effet des logements sociaux destinées aux personnes avec des faibles revenus.

Les espaces communs ? Une grande pièce de 50 m2 (dotée d’une cuisine, d’une table pour les repas ou les réunions, d’un canapé) et trois chambres d’amis (avec literie, placard et coin d’eau), toutes décorés

(...) Cliquez ici pour voir la suite