Témoignage : "J'ai grandi dans une secte"

Amoreena Winkler, 41 ans, vendeuse. Dans son livre “Purulence” (Ego comme X), elle évoque son enfance et son insouciance volées au sein de la secte “Les Enfants de Dieu”, connue aujourd’hui sous le nom de “La Famille internationale”. Elle dénonce dans cet ouvrage les ravages du fanatisme et se fait le porte-parole de tous les enfants nés dans une secte qui - lorsqu’ils s’en sont sortis - tentent de se reconstruire.

Ses premiers souvenirs remontent à l’âge de 4 ans : une ambiance familiale, avec beaucoup d’enfants, de musique et de fleurs. Mais il y a l’envers du décor : derrière l’apparence d’une généreuse spiritualité - prônant l’amour et le partage -, règne la violence, la terreur, l’exploitation sexuelle des femmes et des enfants…

“Qui aime bien châtie bien”

“J’ai été élevée dès le berceau dans l’idée que le “moi, je”, c’était mal. Que mon corps et mon esprit appartenaient à Jésus et à la Famille. Exprimer une émotion (en dehors de la ferveur ou de la culpabilité), une préférence, un dégoût était donc passible de sanction. La Bible et les citations de “Grand Pa” (le gourou) servaient de repères pour dicter nos pensées, nos comportements. Il fallait être tout le temps disponible pour les adultes qui nous utilisaient comme gratification sexuelle ou comme force de labeur. Aînée d’une fratrie de six enfants, j’avais à charge de m’occuper de mes frères et soeurs, et de la maison. Avec d’autres enfants, je devais aussi chanter dans la rue, charmer les passants pour les convaincre de nous rejoindre. Comme je vivais dans la terreur de “la fin du monde“, je prenais très à coeur cette mission ! La société cherchant à nous persécuter, nous devions nous préparer à disparaître du jour au lendemain. J’ai ainsi passé mon enfance à déménager, avec la consigne de ne m’attacher à personne. Il fallait penser à la Cause !

“A 7 ans, je comprends que quelque chose cloche”

Pour moi, c’était normal d’être abusée, tabassée. Mais un jour, je fus témoin d’une scène qui me marquera à jamais : celle

(...) Cliquez ici pour voir la suite