Témoignage : "J'enregistre des livres audio pour non-voyants"

Alexandra, 51 ans, s’est engagée il y a 13 ans auprès de l’association Valentin Haüy lorsque sa grand-mère de 90 ans, qui dévorait les livres, a perdu la vue. Elle n’a malheureusement pas eu le temps de lui faire découvrir l’enregistrement de son premier livre. Mais cela ne l’a pas empêchée de poursuivre cette activité bénévole qui lui apporte tant. Comme une musicienne, elle adore donner vie et couleurs aux mots...

“Je déguste chaque livre comme un bon vin”

“Je fais partie de cette génération qui a grandi avec trois chaînes de télévision… et la bibliothèque rose, puis verte, qui me sauvait de l’ennui les jours de pluie. L’amour des livres me vient sans doute de ma mère, qui avait une formation de professeure de français. Je me souviens comme hier des histoires qu’elle nous racontait le soir en y mettant le ton. J’ai poursuivi le même rituel avec ma fille… Mon addiction pour les séries n’a nullement freiné ma soif de lire. Je lis sur une liseuse électronique, partout, tout le temps, même dans la rue en marchant ! C’est ma cousine, très engagée dans le bénévolat, qui m’a donné l’idée de contacter l’association Valentin Haüy lorsque je cherchais une solution pour égayer le quotidien de ma grand-mère. J’ai attendu le casting avec impatience. Il fallait tester ma voix, son intonation, sa modulation. Peu importe qu’elle soit grave ou aigüe, du moment qu’elle est vivante, que l’émotion passe. Par chance, je suis tombée sur un merveilleux roman qui m’a fait beaucoup d’effet ! Je n’ai pu m’empêcher de verser une larme en découvrant les premières pages. Un mois plus tard, j’apprenais que j’avais été retenue... Le bonheur ! Pourtant, de même que je n’aime pas me voir en photo, je ne suis pas spécialement fan de ma voix !

“Je garde à l’esprit que je ne viens pas lire pour moi ”

J’ai commencé à venir m’enregistrer il y a 13 ans, à raison de deux heures par semaine. J’ai choisi le créneau du mardi, de 11h à 13h : en milieu de matinée, ma voix est échauffée et je sais que je peux déborder

(...) Cliquez ici pour voir la suite