Le témoignage poignant de Jessie J sur sa fausse couche va parler à beaucoup de femmes

"Je savais juste que quelque chose n'était pas pareil". Au micro du podcast Diary Of A CEO, présenté par l'homme d'affaires Steven Bartlett, la chanteuse Jessie J est revenue sur l'arrêt naturel de grossesse qu'elle a vécu en novembre dernier. Elle explique comment elle s'est réveillée un matin après avoir découvert qu'elle était enceinte et qu'elle ne se "sentait pas bien".

Elle s'est immédiatement rendue chez un médecin et a passé une échographie pour vérifier l'état du bébé, après quoi on lui a dit que son rythme cardiaque était "très faible". Elle raconte : "Il y avait ce silence épouvantable quand j'ai passé une échographie pour la première fois et j'ai demandé : 'Dites-moi la vérité, qu'est-ce qui se passe ?' et [la soignante] a dit : 'Les battements de coeur de votre bébé sont très faibles et il y a cet anneau', et j'ai dit : 'Qu'est-ce que ça veut dire ?'", se souvient l'interprète de Price Tag.

"Elle m'a répondue : 'Cela signifie souvent que votre bébé aura un certain type de handicap ou de difformité... le rythme cardiaque du bébé est très faible.' J'ai dit : 'Mais il est toujours là?'. Elle a répondu : 'Oui, il est toujours là'".

Après un nouveau scanner quelques heures plus tard, le verdict tombe : "Je suis vraiment désolée qu'il n'y ait pas de battements de coeur", l'informe la médecin.

"Je ne me suis jamais sentie aussi seule de toute ma vie"

Jessie J poursuit, décrivant l'impact émotionnel de la perte...

Lire la suite


À lire aussi

Pourquoi il faut lire "J'ai peur des hommes", le témoignage poignant de l'autrice trans Vivek Shraya
"Rien de plus vrai qu'une fausse couche" : le témoignage bouleversant de Céline Kallmann
Une femme sur dix a déjà fait une fausse couche : un phénomène (trop) minimisé

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles