Tabac, cannabis, écrans, alcool : comment repérer l’addiction chez l’adolescent ?

© Getty Images/iStockphoto

L’addiction est un engrenage infernal : les substances psychoactives (drogues, tabac...) libèrent la dopamine (l’hormone du plaisir immédiat), qui active différentes zones du cerveau reliées entre elles (circuit de la récompense). Cette libération de dopamine procure un afflux de plaisir et, en contrepartie de cette satisfaction, la substance va demander au cerveau de continuer de consommer.

Chez l’ado, certaines régions frontales du cerveau encore immatures impliquées dans la planification et le contrôle du comportement sont peu activées. A l’inverse, la région de l’amygdale, qui gère les émotions et le stress, est suractivée, d’où une vulnérabilité exacerbée. "Chez l’adolescent, les conduites addictives ou d’usage à risque ont 4 fonctions : ressembler aux autres (mimétisme convivialité), jouir (transgresser, expérimenter, planer), assurer (s’adapter, contrôler, soulager, alerter) mais aussi fuir (disparaître, ne plus penser, délirer)" explique le Pr Catherine Laporte, médecin généraliste responsable du kit addictions du Collège de la médecine générale.

"Contrairement aux adultes, les adolescents n’ont pas les capacités de verbaliser leur mal-être", précise Yara Bou Nassif, psychologue. Il voit moins ses amis, reste seul, se plaint de douleurs diffuses. Il dort mal, ne mange plus comme avant. "Un adolescent qui arrête les activités qu'il apprécie, dont les résultats scolaires déclinent brutalement…, tout cela doit alerter", ajoute le Pr Laporte. La prévention est l’élément clé (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite