Les tablettes cunéiformes seront bientôt traduites par l’intelligence artificielle

Des chercheurs israéliens ont mis au point une intelligence artificielle capable de traduire directement en anglais des textes écrits en cunéiforme.

Une équipe de chercheurs israéliens a mis au point un modèle de traduction automatique capable de traduire en anglais des tablettes cunéiformes de l’ancienne Mésopotamie. Un véritable défi, car les signes de l’écriture cunéiforme peuvent se lire de diverses manières. Publiés dans la revue PNAS Nexus, les résultats des multiples tests pratiqués pour vérifier l’acuité des traductions produites par le réseau d’intelligence artificielle sont plus que prometteurs, puisqu’ils indiquent que la machine est tout à fait capable de traduire directement les signes cunéiformes sans passer par une étape de translittération en caractères latins. C’est une nouvelle voie qui s’ouvre pour les universitaires, car ce type de collaboration entre l’humain et la machine – où l’humain viendra parfaire la première lecture fournie par la machine –, permettra de faire avancer la recherche en rendant plus accessibles les centaines de milliers de tablettes d’argile qui attendent encore d’être déchiffrées.

Les tablettes cunéiformes seront bientôt traduites par l’intelligence artificielle

Les tablettes retrouvées sur les sites archéologiques de l’ancienne Mésopotamie regorgent d’informations sur les civilisations de la région ; il est donc indispensable de comprendre les textes qui y ont été notés en écriture cunéiforme, dans la langue sumérienne au sud, et dans la langue akkadienne au nord (environ 2700 avant notre ère – 75 de notre ère). Étant donné le nombre de tablettes en langue akkadienne dont on ne connaît pas encore la teneur en raison du temps nécessaire pour leur déchiffrement et leur traduction, une équipe de chercheurs en informatique et d’experts en langues anciennes des universités d’Ariel et de Tel Aviv (Israël), dirigée par Shai Gordin, a entrepris de mettre à contribution l’intelligence artificielle. Après lui avoir appris à reconstituer des tablettes fragmentées, c’est une mission plus ardue qui lui a été confiée : celle d’aider les universitaires à accomplir les tâches fastidie[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi