Les talibans demandent aux femmes de trouver des hommes... pour les remplacer au travail

En Afghanistan, sous le régime taliban, les libertés et droits des femmes sont toujours autant menacés et bafoués. Dernière nouvelle dramatique : plusieurs femmes au sein du ministère afghan des Finances auraient déclaré avoir reçu des appels de responsables talibans exigeant d'elles de laisser des hommes, et plus précisément les membres masculins de leurs familles respectives, occuper leur propre profession.

Raison invoquée ? "La charge de travail au bureau a augmenté et qu'il faudrait donc embaucher un homme à notre place", a déploré auprès du Guardian l'une de ces femmes anonymes. Situation catastrophique, alors que bien des Afghanes oeuvrant au sein de postes ministériels ont déjà été renvoyées chez elles dès l'arrivée au pouvoir des talibans en août 2021. Désormais, elles pourraient être remplacées par leurs tuteurs.

"On m'a demandé de présenter un membre masculin de ma famille pour me remplacer au ministère, afin que je puisse être licenciée. Comment pourrais-je facilement présenter quelqu'un d'autre pour me remplacer ? C'est un poste difficile et technique pour lequel j'ai été formée et pour lequel j'ai des années d'expérience", déplore auprès du journal britannique Maryam, qui travaille au sein du ministère des Finances.

Une situation professionnelle dramatique pour les femmes

Les conséquences du régime taliban sur la situation professionnelle des femmes sont catastrophiques en Afghanistan. Comme le relève le Guardian, les...

Lire la suite


À lire aussi

"En politique, bien des femmes n'ont pas trouvé la sororité dont elles avaient besoin"
Ces hommes marchent en talons contre les violences faites aux femmes
Pourquoi les femmes devraient (vraiment) arrêter d'être modestes au travail

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles