Tchétchénie : arrêté et torturé, il a servi d'appât pour piéger des personnes LGBTQ+

·1 min de lecture

Salman Muakev a fui en Arménie et vit désormais avec la peur d’être retrouvé par les autorités tchétchènes.  

« J’ai très peur pour ma sécurité, car chez moi, je serai torturé à mort. » Salman Muakev a vu sa vie basculée un jour de février 2020. Accusé d’être homosexuel, il est arrêté par la police à son domicile. « Ils ont dit que j’étais gay, j’ai répondu que je ne comprenais pas de quoi ils parlaient, mais ils m’avaient déjà jeté par terre et avaient accroché des câbles à mes doigts. Ils ont commencé à m’électrocuter », raconte-t-il, la voix brisée, dans une vidéo récupérée par Brut. 

Lire aussi >>  C’est mon histoire : « Il était gay, iranien, et il risquait sa vie pour me voir en secret »

Il finit par accepter de les aider à piéger des homosexuels. Sa mission : s’inscrire sur le site « Meet24 », rencontrer des hommes gays et les dénoncer. « Beaucoup de gens me blâmeront sûrement pour ça et diront qu’il aurait mieux valu mourir ou alors ne rien dire, mais toute personne victime de torture sait probablement qu’ils utilisent une multitude de méthodes très élaborées qui vont jusqu’au viol, au sens propre. J’ai bien sur accepté et signé tous les papiers. » 

« Ma vie est en danger » 

Réfugié en Arménie, Salman Muakev craint tous les jours pour sa vie. « Ma vie est en danger, parce qu’un dossier a été déposé contre moi et un avis de recherche a été lancé contre moi, un avis fédéral des personnes recherchées en Russie. Je peux être extradé à tout moment. »  

Depuis 2017, en Tchétchénie,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles