Tech : où sont les Françaises ?

Claire Bauchart

Alors que les effectifs de femmes dans les secteurs de hautes technologies ont augmenté, entre 2013 et 2018, de 14% au sein de l’Europe des 28, la France accuse en la matière, sur cette même période, une chute de 11%. C’est l’un des nombreux chiffres pointés par l’étude « Gender Scan » remise à Bercy la semaine dernière.

-6% : c’est le taux de diminution, enregistré entre 2013 et 2017, du nombre de femmes diplômées dans la tech en France, selon une étude, baptisée « Gender Scan », menée par le cabinet d’études Global Contact et réalisée sur la base de données Eurostat, auprès de 15 000 répondants répartis dans 130 pays. Et ce alors, que dans le même temps, celles qui exercent dans ce secteur affichent des taux de satisfaction notables : 86% d’entre elles s’estiment satisfaites de leur équilibre vie privée-vie professionnelle, contre 65% chez leurs homologues des autres pays européens.

Tech : plus elles avancent en âge, moins elles sont nombreuses 

« La problématique des femmes dans la tech est celle de l’évaporation de compétences, » a commenté la fondatrice de Global Contact Claudine Schmuck en remettant son étude au secrétaire d’Etat au Numérique, Cédric O.  « Cela commence dès le secondaire et s’accélère au moment de la formation lorsque la proportion de femmes s’engageant dans les filières scientifiques et techniques décroît de façon conséquente en France pour se poursuivre ensuite dans la vie professionnelle. » Une observation commune à tous les milieux sociaux a quant à elle souligné Salwa Toko, présidente du Conseil national du numérique.

Une tech européenne plus féminisée que dans l’Hexagone

Ce constat n’est pas commun à tous les membres de l’Union européenne. Dans les pays de l’Est notamment, le taux de femmes...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi