« Technocrate brutale », « insensible »… Elisabeth Borne crée la polémique en invitant une personne handicapée à reprendre le travail

© Gaillard Romain/Pool/ABACA

Invitée sur France Bleu à répondre en direct aux questions d’auditeurs mardi 7 juin, la Première ministre a suggéré à une femme en fauteuil roulant de retravailler pour gagner plus d’argent.

Un conseil qui ne passe pas. Depuis mardi 7 juin, Élisabeth Borne essuie sa première polémique. Interrogée sur les aides financières pour les personnes handicapées, la nouvelle Première ministre a suggéré à une personne en fauteuil roulant, privée de l’allocation adulte handicapée (AAH), de se faire aider pour reprendre le travail. Silence de son interlocutrice, que la journaliste est obligée de relancer. « J’adore quand madame la Première ministre me dit de reprendre une vie professionnelle mais, vous savez, quand vous arrivez en fauteuil… », réagit finalement la jeune femme, en larmes.

Lire aussi >> Élisabeth Borne face à la « falaise de verre » : « Elle est attendue au tournant »

Cet échange a eu lieu lors de l’émission « Ma France » sur France Bleu. Lors d’un moment d’échanges en direct avec les auditeurs, une femme demande à la Première ministre « si l’État compte faire quelque chose pour les personnes handicapées ». Elle est elle-même en fauteuil roulant, suite à un « très grave accident », et ne peut plus travailler.

Dolores, handicapée interpelle @Elisabeth Bornesur l'Allocation aux adultes handicapés dans #MaFranceavec @WendyBouchard sur @francebleu #deconjugalisation #proximité pic.twitter.com/pW3AGz2kxp

— France Bleu (@francebleu) June 7, 2022

Sa demande d’AAH a été refusée car elle et son mari « dépassent les plafonds ». Pourtant, elle ne travaille pas, son conjoint gagne 1 810 euros par mois et...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles