Temps d’écran : la qualité prime sur la quantité pour notre bien-être mental

En ce qui concerne l’usage des écrans, de plus en plus omniprésent dans notre quotidien, une nouvelle recherche tente de comprendre si nous sommes davantage affectés par ce que nous regardons en ligne ou par le temps que nous y passons.

L’expression « temps d’écran » est considérée comme représentant le temps passé par un individu devant n’importe quel type d’écran. Il peut s’agir de smartphones, tablettes électroniques, télévisions, jeux vidéo, ordinateurs, etc. Les écrans occupent une place de plus en plus importante dans notre société, à tel point que leur omniprésence banalise leur utilisation au quotidien ce qui peut avoir un impact dans les différentes sphères de notre vie. Les recherches suggèrent notamment de limiter le temps d’écran chez les enfants et les adolescents et, surtout, d’encadrer le type d’usage. Mais, dans un contexte où les sources de stress augmentent pour les parents, la flexibilité et l’indulgence semblent incontournables plaident notamment ces chercheurs de l’Université du Québec à Chicoutimi dans The Conversation. « La santé mentale des parents et celle des enfants sont de meilleurs critères à considérer que le nombre d’heures par jour passé devant les écrans. Exit la culpabilité ! Au-delà du nombre d’heures consacrées aux écrans et du type d’usage qui en est fait, d’autres critères doivent guider les décisions des parents. », concluent-ils ainsi.

A ce titre, des chercheurs de l'Université Anglia Ruskin sont partis du constat que bien que de plus en plus d’études soient disponibles sur l’influence d’Internet et des médias sociaux sur notre bien-être, l’impact potentiel sur l’esprit...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi