Tendance : faut-il passer à la coloration végétale ?

Depuis quelques années, les marques capillaires surenchérissent en la matière : de nombreuses colorations végétales ont vu le jour. Dans les rayons des supermarchés, on retrouve notamment "Color Herbalia" de la marque Garnier, un kit à utiliser à domicile, ou encore "Botanéa" de l’Oréal Professionnel , une version pro à faire en salon. L’idée est tentante : plus de produits chimiques sur nos cheveux. Alors, doit-on passer à la coloration végétale ?

La première différence réside dans la technique. En coloration traditionnelle dite "d’oxydation", les produits utilisés transforment le nature du cheveu. On éclaircit les pigments présents puis on fonce de nouveau ou on laisse tel quel. La coloration végétale, quant à elle, ne rentre pas dans le cœur du cheveu et n’agit qu’en surface. Impossible donc d’éclaircir. On peut travailler les tons chauds comme le roux ou le châtain doré. La deuxième grande différence se trouve dans la formule même des produits, puisque comme son nom l’indique, la coloration végétale utilise des pigments naturels et est dépourvue (en principe) de produits chimiques.

Oui, la coloration végétale nouvelle génération est parfaite pour faire du recouvrement avec des tons chauds et des reflets naturels pour les premiers cheveux blancs. Mais si vous en avez vraiment beaucoup, ça ne marche pas toujours. La réussite de la coloration tient… au coloriste. Comme un artiste peintre, il mélange les pigments et doit faire le bon diagnostic de vos cheveux.

En nourrissant régulièrement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles