Les tendances en matière de médecine esthétique qui vont cartonner en 2020

La médecine esthétique est un business qui ne connaît pas la crise. Stars et inconnus usent (et abusent) de ces techniques qui subliment leur silhouette. Et comme pour le maquillage et la coiffure, il existe de vraies tendances en matière de chirurgie esthétique. Quelles sont celles à prévoir pour l’année qui arrive ? La version anglaise du magazine Glamour s’est penchée sur la question.

1/ Toujours plus d’injections de toxine botulique

Selon les dermatologues interrogés par le magazine, la folie des injections va se poursuivre en 2020. Désormais, le Botox est utilisé en prévention des rides et cela dès 25 ans ! Mais pour un peu plus de naturel, les techniques évoluent. Désormais, la toxine botulique est diluée et elle est administrée grâce à une micro aiguille qui donne des résultats moins figés et plus naturels.

2/ La fin des implants mammaires

La mode des fortes poitrines serait en passe de s’éteindre. Les médecins esthétiques constatent une forte demande de retrait d’implant ou de diminution de la taille du bonnet. En cause ? Les nombreux scandales sanitaires qui ont éclaté ces dernières années à propos des prothèses mammaires.

3/ Les injections d’acide hyaluronique dans le menton et la mâchoire

Grâce aux selfies, vous connaissez les contours de votre visage mieux que personne. Mais cela a une conséquence pas vraiment positive : vous vous découvrez chaque jour de nouveaux défauts, notamment en matière de symétrie faciale. Les médecins esthétiques sont ainsi de plus en plus sollicités pour des demandes d’injections au menton et à la mâchoire. Les stars prises le plus souvent en exemple ? Rihanna et Angelina Jolie.

4/ La liposuccion face à de nouveaux concurrents

Les demandes de liposuccion sont en chute libre depuis l’arrivée de nouvelles techniques plus douces et moins invasives : les remodelages corporels non chirurgicaux. Cryothérapie, massages toniques, ultrasons… Des procédés plus ou moins efficaces et plus ou moins chers, mais qui ont l’avantage d’être moins douloureux

(...) Cliquez ici pour voir la suite