On a testé le jeu immersif La Casa de Papel : The Experience (et on a adoré)

·2 min de lecture

On l’attendait depuis des mois – pandémie oblige – et on n’a pas été déçu. La série Netflix « La Casa de Papel » s’installe à La Monnaie de Paris pour un jeu immersif grandeur nature. Enfilez vos combinaisons rouges et préparez-vous au casse du siècle.

Quel serait votre nom de braqueur ? Dijon ? Bangkok ? Sydney ? La Monnaie de Paris se métamorphose et devient le haut lieu d’un braquage orchestré par la célèbre bande espagnole, qui fait le succès de Netflix. Alors que vous vous apprêtez à découvrir une exposition dans ce lieu mythique de la capitale, tout tourne court lorsque des braqueurs vous mettent en joue, vous somment d’enfiler des combinaisons rouges, et vous demandent de les aider à braquer le coffre-fort fraichement rempli de lingots d’or.

Dans ce jeu interactif mélangeant la beauté de La Monnaie de Paris à la série espagnole qui cartonne, les participants deviennent à leur tour des braqueurs. De pièce en pièce, on découvre de nouvelles énigmes, parfois en lien avec l’histoire du lieu, d’autres fois inspirées des jeux d’évasion, entouré d’acteurs. Mais attention, à qui peut-on se fier ? A Houston, qui veut nous aider ? A Régis, aussi connu sous le nom de Reykjavik ? L’un d’entre nous va-t-il vraiment périr ?

> Lire aussi : La Casa de Papel, Netflix révèle dix secrets sur la série 

Si dans les premières minutes du jeu, la tension est palpable – on ne faisait pas les malignes quand un fusil s’est retrouvé à quelques centimètres de notre œil gauche ou quand l’une d’entre nous était à genoux les mains derrière la tête – très vite, l’ambiance se détend. Au point de se faire rappeler à l’ordre quand on s’esclaffe sous nos masques. On copine avec...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles