On a testé le robot connecté de Lidl à 359 €

Bonne nouvelle, le robot Monsieur Cuisine Connect, distribué sous la marque SilverCrest par Lidl est de retour depuis le 2 décembre ! Vendu à 359€, cet appareil connecté qui avait créé des scènes de cohue dans de nombreux magasins en juin dernier, avait été victime de son succès dès le premier jour de son lancement. Il est proposé avec une centaine de recettes en plus, mais dans la même version soit, avec un micro bien que celui-ci soit "totalement inactif" a assuré à BFMTV Michel Biero, Directeur exécutif achats et marketing de Lidl France. Si vous n'arrivez pas à mettre la main sur un robot cette fois-ci, pas de panique ! "Il ne faudra pas (attendre) très longtemps avant de voir les stocks se renflouer" rassure Michel Biero.

S'il existe une multitude de robots sur le marché très performant, Monsieur Cuisine Connect compte parmi les appareils les moins chers. Lidl a réussi son pari : proposer un robot nouvelle génération connecté et simple d’utilisation. Pas besoin d'être un geek pour le comprendre : une fois connecté avec une simple tablette ou ordinateur, tout se passe directement sur l'écran du robot. Il ne reste qu'à suivre les indications affichées pour concocter une bonne blanquette de veau ou un poulet à la crème.

⋙ Intermarché va sortir un robot cuiseur moins cher que le Lidl et le Thermomix

L'ergonomie sur le plan de travail

Comme l'essentiel des robots cuiseurs, Monsieur Cuisine connecté est imposant. Ce modèle est toutefois plus compact que celui de l'an dernier, car le bol est situé au-dessus du moteur, alors que le modèle précédent était situé à côté. Côté look, il rappelle fortement le fameux Thermomix. Certes, Monsieur Cuisine prend de la place sur le plan de travail, surtout dans les petites cuisines d'appartement. On pourrait lui reprocher cet encombrement mais on lui pardonne car tout est à portée de main. Et, rappelons-le, un tel robot remplace le blender, la machine à pain, le cuit-vapeur... Sous son moteur se cachent 4 ventouses qui permettent à Monsieur

(...) Cliquez ici pour voir la suite