Théâtre : dans une pièce, Robert Badinter imagine une rencontre entre Laval et Bousquet

·1 min de lecture

Une rencontre entre deux destins. L'ancien garde des Sceaux Robert Badinter publie pour la première fois un recueil de trois pièces de théâtre baptisé Théâtre I aux éditions Fayard, mêlant histoire, justice et fiction. Dans une des pièces, il imagine la rencontre entre les deux principaux responsables de la déportation des Juifs de France pendant la Seconde Guerre mondiale : Pierre Laval et René Bousquet, dans le décor de la cellule 107 de la prison de Fresnes, en octobre 1945. L'un sera fusillé, l'autre acquitté et reconnu comme résistant. Sur Europe 1, l'ancien garde des Sceaux revient sur ces deux destins historiques. 

Laval, fusillé

Si les dialogues sont imaginés par l'ancien avocat, la rencontre entre ces deux figures de la collaboration a vraiment eu lieu. "Cela a été une surprise pour moi. J'ai fait beaucoup de recherches sur le procès Bousquet et je me suis aperçu à ce moment-là que Bousquet avait été la dernière personne à s'entretenir avec Laval avant sa tentative d'empoisonnement et son exécution. Je me suis demandé ce qu'ils avaient pu se dire", confie Robert Badinter. Pour imaginer leur discussion, l'ancien ministre s'est aidé de son expérience des condamnés à mort mais aussi des discours de Pierre Laval lors du procès de Pétain ou de sa propre comparution. Le dramaturge utilise d'ailleurs comme un fil conducteur la haine portée par Pierre Laval au maréchal Pétain.

>>Retrouvez les entretiens de Patrick Cohen tous les jours sur Europe 1 à 12h40 ainsi qu’en r...


Lire la suite sur Europe1