Théorie de l'attachement : les conseils des pros pour une enfance épanouie

·1 min de lecture

Le contact maternel, les câlins... sont au cœur d’une théorie dite « de l’attachement ». En voici les grands axes, avec quelques pistes pour une enfance épanouie.

Des chercheurs israéliens qui ont suivi pendant plus de vingt ans une centaine d’individus depuis leur naissance viennent de publier ces résultats (1) : le cerveau de la mère et celui de son nourrisson se synchronisent dès les premiers câlins. Ce contact physique dans les premières années de la vie produit même des effets sur le fonctionnement du « cerveau social » de l’enfant, des décennies plus tard, notamment sur sa capacité à faire preuve d’empathie. Voilà qui rejoint l’une des plus importantes découvertes du XXe siècle concernant le développement de l’enfant : la théorie de l’attachement.

Après la Seconde Guerre mondiale, le psychiatre britannique John Bowlby, missionné par l’OMS pour établir un rapport sur la santé mentale des orphelins, observa que l’attention portée à l’hygiène et à l’alimentation des nourrissons privés de leurs mères ne suffisait pas et que, pour se développer, ces derniers avaient besoin d’un attachement sécurisé avec un adulte référent. Il en allait de leur survie psychologique. On le sait désormais, sans ce lien fort, il ne peut pas y avoir d’enfants « secure », ce qui est la clé de l’autonomie et de la confiance en soi. L’amour n’y suffit-il pas ? Comment se noue ce lien de sécurité ?

Le « peau à peau » au quotidien

C’est le premier geste qui suit la naissance, lorsque le nourrisson est posé sur le ventre de sa...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles