Thanatophobie : tout savoir sur la peur panique de mourir

·2 min de lecture

Si l’idée de mourir n’enchante personne et peut être inquiétante, elle devient, pour certains, une véritable peur paralysante, au point de se gâcher la vie. On appelle cette phobie la thanatophobie. Quelles en sont les causes et les symptômes et comment la traiter ? On vous en dit plus.

« J’avais 17 ans quand j’ai commencé à faire des crises d’angoisses. J’avais l’impression que j’allais mourir, j’avais la sensation d’étouffer, je perdais le contrôle de mes pensées. L’idée que ça ne s’arrête pas et que cela me tue était obsédante. J’avais tellement peur d’avoir des attaques de panique que je me suis mise à tout éviter, jusqu’à rester enfermée chez moi », témoigne Céline, 35 ans, atteinte de phobie de la mort. Le psychiatre et psychothérapeute Gérard Apfeldorfer, auteur de « Oser vivre, oser mourir » explique ce qu’est la thanatophobie.

Qu’est-ce que la thanatophobie ? 

Le terme thanatophobie renvoie à la peur panique de mourir. Il vient de « thanatos » qui veut dire mort en grec ancien et de « phobos » qui renvoie à la peur. « On évoque la thanatophobie lorsque la peur d’être confronté à la mort empêche de vivre correctement sa vie », souligne le psychiatre et psychothérapeute.

Quelles sont les causes de la thanatophobie ?

« Il faut d’abord comprendre où se situe le problème de la mort avant d’expliquer la thanatophobie. On s’inquiète de la mort depuis toujours, les êtres humains existent avec cette angoisse. Cela s’explique par le fait que la mort est inimaginable : nous ne pouvons pas imaginer le néant car l’idée du décès est une disparition. Mais nos cerveaux ont besoin d’imaginer quelque chose de concret : on butte alors sur une impossibilité à confronter ce vide...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles