The Antlers renaît sur un album gorgé d’espoir

Alexis Hache
·1 min de lecture
© Shervin Lainez/Transgressive Records
© Shervin Lainez/Transgressive Records

Green to Gold, c’est d’abord l’histoire d’une renaissance. Qui aurait parié, il y a quelques années, que Peter Silberman pourrait de nouveau composer, chanter et se produire sur scène – faire son métier en somme ? Atteint de graves problèmes auditifs qui le poussèrent à quitter Brooklyn pour le calme de l’Upstate New York en 2015, il avait surmonté ce premier obstacle et sorti Impermanence (2017), un disque solo fait de failles et de fêlures. Puis ce fut au tour des cordes vocales d’être touchées.

Opération, rééducation, Peter Silberman dut une fois encore prendre son mal en patience, mais ce genre d’épreuves laisse des traces. Comment dès lors renouer avec la musique quand le corps s’acharne et que l’inspiration s’évapore ? “Vidé”, comme il le dit lui-même, Silberman a pourtant trouvé le moyen de revenir, aidé par le fidèle Michael Lerner, son dernier comparse au sein de The Antlers, Darby Cicci ayant quitté le groupe.

Les sons d’une nature vivante et vivifiante

Lire la suite...