“The Voice” 2020 : une candidate dézingue Amel Bent, sa coach

Mélodie, jeune chanteuse venue de Mooréa, une île de la Polynésie française située en face de Tahiti, n’a semble-t-il pas digéré son élimination de The Voice samedi 7 mars 2020. Dans une interview accordée au magazine Public (en kiosque vendredi 13 mars), l’artiste en herbe se lâche et n’hésite pas à tacler l’émission phare de TF1, la production et même sa coach, Amel Bent. Pas de quoi être jaloux : “tout le monde y prend pour son grade”, comme le souligne le magazine. “Je ne comprends vraiment pas cette élimination”, commence Mélodie. “D'une part, je n’avais pas de retour micro, je ne m’entendais absolument pas, d’autre part, ils ont fait leur montage comme ils voulaient. Ils ont coupé Lara Fabian qui disait clairement que ça se voyait que j’avais un problème de son. Bien entendu, ils protègent l’émission avant nous.”

"Je ne sais pas si Amel a vraiment sa place en tant que coach"

Visiblement agacée par son expérience dans le programme de la Une, Mélodie poursuit : “En réalité, on passe tout juste une demi-heure avec eux. Ce ne sont pas eux les vrais coachs vocaux !” Lorsqu’on lui demande si elle est restée en contact avec sa coach Amel Bent, Mélodie répond : “Pas du tout. Elle ne m’a pas envoyé un message depuis mon élimination. Et Amel n’a pas été super polie, elle a dit : ‘C’est bon, j’ai compris, je me bouge le cul. Allez, je prends un risque, je choisis Rita !’ J’ai été choquée de voir comment elle parle. Je ne veux pas jouer la mauvaise perdante mais je ne sais pas si Amel a vraiment sa place en tant que coach. Je pense que je n’ai eu ni la bonne coach, ni la bonne adversaire.”

L’aventure The Voice pourrait toutefois avoir ouvert des portes à Mélodie. “J’ai eu un contact avec un producteur à Tahihi”, a-t-elle confié au moment d’évoquer ses futurs projets. “On m’a aussi proposé de faire la BO d’un film humanitaire, concernant le don d’organes. Enfin, je vais aller chanter pour l’élection de Miss Tahiti.” Et de conclure, douce-amère : “C’est peut-être un mal pour un

(...) Cliquez ici pour voir la suite