"The Voice" 2021 : Amel Bent ignorée par un candidat, les coachs interloqués

·2 min de lecture

Si certains coachs ne sont parfois pas tendres avec les candidats de The Voice, l'épisode diffusé le samedi 27 février 2021 nous a prouvé que l’inverse est aussi possible ! En effet, sur le plateau de l’émission de TF1 lors du quatrième round des auditions à l’aveugle, la coach Amel Bent a pris ce que certains qualifient "d'ouragan du siècle" par un candidat. Il s’agit de Jean José, retraité de 65 ans venu interpréter la célèbre chanson de Tom Jones, It's not Unusual. Malheureusement, malgré une très bonne prestation, aucun des membres du jury ne s’est retourné ; il n’est donc pas sélectionné pour la suite. "Évidemment que c'était super, je me suis ambiancé durant toute la chanson, c'est peut-être deux, trois décrochages de voix, qui m'ont fait penser que c'était compliqué (...) Tout était trop fidèle peut-être à la chanson, j’ai pas été surpris", a expliqué Vianney au candidat non sélectionné. Après le discours de son collègue, Amel Bent, qui a eu une grosse surprise au dernier épisode, a voulu, elle aussi, donner certainement un mot d’encouragement au candidat… qui a alors fait un signe de la main au jury avant de tourner les talons !

Si Amel Bent a tenté un "Bonsoir Jean-José", le candidat a simplement répondu "Au revoir" et est descendu de la scène. "Bon…", a simplement commenté Amel Bent, avant de pouffer de rire, alors que Florent Pagny, compatissant, lui lançait "c’est pas grave". Une séquence tout simplement hilarante pour les téléspectateurs, qui ont été nombreux à parler de ce moment mémorable sur les réseaux sociaux. Gênée, la coach a simplement dit à ses collègues, tout aussi sidérés : "Il n'avait pas le time. Et moi je dis 'bonsoir José' !" Face à l’ampleur qu’a pris cette séquence sur les réseaux sociaux, la coach de The Voice est revenue sur cet évènement sur Instagram, avouant qu’elle avait également éclaté de rire devant son écran… Mais selon elle, le candidat a simplement pris son "bonsoir" pour un "au revoir", ce qui est effectivement possible, puisque (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite