Thibaut Courtois, un mur en cage

Dans la nuit de San Siro, le 15 septembre dernier, un lampadaire s'éclaire face aux caméras. Il rit et dit : " C'est bien pour mes adversaires de savoir que ce n'est pas facile de marquer contre moi. " À quelques mètres de là, les joueurs de l'Inter quittent le théâtre milanais la tête basse, emportant avec eux le souvenir de ce diable qui n'aura cessé de sortir de sa boîte pour leur sauter au visage tout au long de la soirée. Bilan pour les hommes de Simone Inzaghi : 18 tirs tentés, cinq cadrés, aucun but marqué et trois points concédés à un Real Madrid venu en Italie exhiber son plus beau masque. Soit, celui de l'assassin à qui on n'apprend pas à faire la grimace, ce qu'il est possible de symboliser via les exploits à répétition d'un Thibaut Courtois qui, sans le savoir, vient de donner le ton de la suite de sa saison. Huit mois plus tard, le…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles