Thierry Lhermitte monte au créneau contre les antivaccins : "C’est juste ahurissant"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Thierry Lhermitte, fervent défenseur de la vaccination pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Sur le plateau de C à vous, sur France 5 le jeudi 16 septembre 2021, l'acteur a réagi à un reportage sur des lycéens qui ne souhaitaient pas se faire vacciner, ou le faisaient parce qu'ils n'avaient pas d'autre choix. Parrain de la Fondation pour la recherche médicale depuis quinze ans, il a commenté : "C’est dur à comprendre, en fait. Ce n'est pas dur à comprendre pour ceux qui ne sont pas d’accord, mais c’est assez dingue. Cela interroge sur ce qui fait qu’on croit quelque chose." Puis a démonté un argument des "antivax" : "Quand il y a 3,5 milliards de gens qui ont eu des vaccins... il n'y a pas eu la suppression de la moitié de l’humanité, comme certains pourraient nous le faire croire. C’est dingue, c’est juste ahurissant."

Alors que près de 50 millions de Français ont reçu leur première dose de vaccin contre le Covid-19, que 3 000 soignants ont été suspendus car non-vaccinés, comme l'a annoncé Olivier Véran quelques heures avant l'enregistrement de l'émission, et que le rythme de vaccination baisse, que faut-il faire pour convaincre les récalcitrants ? "Expliquer, convaincre, mettre en face de la raison", a proposé Thierry Lhermitte. Au membre du Splendid de tenter de les convaincre, en comparant ce vaccin à ceux qu'on leur a injectés avant la pandémie, dans le cadre du parcours vaccinal obligatoire.

Pour lui, il faudrait aussi leur demander : "Mais enfin, vous êtes vaccinés (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles