Thomas Pesquet lance un cri d’alarme depuis la Station spatiale internationale

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Toujours en mission au sein de la Station spatiale internationale (ISS) depuis le mois d'avril 2021, Thomas Pesquet a récemment avoué avoir tendance à s'ennuyer dans l'espace. Cependant, l'astronaute français, qui conserve un contact régulier avec ses fans sur Terre par l'intermédiaire des réseaux sociaux, a tenu à lancer un cri d'alarme mercredi 4 août 2021. Ce jour-là, le compagnon d'Anne Mottet a voulu sensibiliser les internautes sur un sujet de la plus haute importance pour l'avenir de l'humanité : le réchauffement climatique. Pour cela, Thomas Pesquet a publié plusieurs clichés aussi impressionnants qu'inquiétants sur Instagram.

"Le genre de vue qui fait mal au cœur et qui te fait appeler tes coéquipiers pour qu’ils te rejoignent derrière le hublot… Même si on est loin depuis la Station, les phénomènes météo extrêmes sont effrayants : on sait que leur fréquence accrue et leur ampleur sont dues au réchauffement climatique et que des gens sont menacés au moment même où on les observe depuis l’orbite de la Terre", a écrit l'astronaute français pour accompagner les photos qu'il a prise depuis l'ISS. Les fameux clichés dévoilés sur Instagram montrent "deux exemples récents : feux de forêts en Turquie ces derniers jours, avec la fumée qui porte loin jusqu’à la Méditerranée, et l’ouragan Elsa dans les Caraïbes le mois dernier", souligne Thomas Pesquet, qui a récemment reçu un cadeau de la part d'Alexandre Astier à l'occasion de la sortie du film Kaamelott - Premier Volet.

"L’objectif (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles