Tics nerveux, moteurs, vocaux : les causes à envisager et les solutions efficaces

Fréquents chez l’enfant, les tics ont tendance à s’atténuer ou à disparaître au moment de l’adolescence (il y aura donc une différenciation entre tics transitoires et tics chroniques). Néanmoins, dans un nombre important de cas, la pathologie est très invalidante sur le plan social, que ce soit du fait de la sévérité de la symptomatologie. Quelques sujets ayant présenté des tics, en apparence transitoires dans l’enfance, voient leurs tics ressurgir à 50, 60 ans.

Les tics correspondent à un ensemble de mouvements soudains, répétitifs, parfois stéréotypés, à des sons ou des vocalisations représentant des fragments de comportements normaux qui apparaissent en dehors de leur contexte habituel.

Clignements soudains et répétitifs des yeux, sauts, séquences motrices plus ou moins complexes, imitations gestuelles, attouchements, vocalisations, les tics, troubles involontaires convulsifs... Les tics ne relèvent pas d'une maladie mais peuvent être le symptôme d'autres pathologies comme le syndrome de Gilles de la Tourette. Il faut souligner qu’il n’y a pas, chez le tiqueur, la volonté délibérée de réaliser un tic. Celui qui profère une grossièreté ne fait pas un geste ou une parole intentionnels ; c’est un échec du contrôle volontaire, un acte qui lui échappe.

La gravité des tics varie beaucoup. Chez l’enfant, un cinq aura des tics à un moment donné, la plupart du temps ils ne sont pas graves et ne sont pas relevés, ni par les médecins ni par les parents. Selon le manuel MSD, les tics seraient (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles