Tierno Monénembo – Afrique : transition, un jour, transition, toujours

Pour Tierno Monénembo,  il est à craindre que
Pour Tierno Monénembo, il est à craindre que

Après les présidences à vie, les transitions éternelles ! C'est comme ça en Afrique : le changement ne dure que le temps d'une ovation. Le héros se dépêche d'enfiler les chaussons du tyran déchu et de reproduire trait pour trait ses tics et ses frasques. Chez nous, le pouvoir change de visage, jamais de nature. « Les bagues partent, les doigts restent », disait José Saramago, ce génial et malicieux écrivain portugais. Ne rangeons donc pas les armes, le combat n'est pas terminé. Hier, les apôtres du troisième mandat, aujourd'hui, les tenants de la transition de cinq ans d'âge. Notre vie politique est un dilemme. Nous tanguons entre Charybde et Scylla, je veux dire entre tyrannie et « démocrature », selon que le « guide suprême » est en treillis ou en complet-veston.

À LIRE AUSSITierno Monénembo – L'Afrique en treillis

Excès de désespoir

À nos amis qui nous l'avaient vertement reproché, nous répondons que nous n'avons pas soutenu Assimi Goïta, Mamadi Doumbouya ou Sandaogo Damiba par excès de naïveté, mais par excès de désespoir. Mieux valait encore les braises de l'enfer que le paradis selon IBK, Alpha Condé et consorts. Maintenant que l'enfer est là, que les braises, nous les avons jusqu'au cou, nous nous demandons amèrement quelle mouche nous a piqués. Mon Dieu que c'est dur d'avoir à choisir entre la peste et le choléra !

L'écrivain Tierno Monénembo scrute avec attention les évolutions politiques de l'Afrique © DR

Assimi Goïka et Mamadi Doumbouya et Sandao [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles