Tinder s’associe au Gouvernement pour faire de la prévention contre les violences sexistes et sexuelles

cottonbro studio

3919. Le numéro national d’écoute pour les victimes de violences sexistes, notamment conjugales, n’est pas encore connu de tous·tes. Pour qu’il le soit, tous les moyens sont bons. Y compris les collaborations les plus surprenantes. C’est d’ailleurs ce qui va se passer à partir du 25 novembre, et ce pour une année entière : l’application de rencontre Tinder s’associe au Gouvernement pour promouvoir les numéros et les ressources de lutte contre les violences de genre. Une nouvelle dévoilée par 20 Minutes à la veille de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

À travers une campagne intitulée “screenshots utiles”, l’application s’apprête à incorporer des “swipe cards” entre les profils de célibataires sur lesquelles les utilisateur·ice·s pourront récupérer des ressources essentielles. En plus du 3919, numéro ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, on retrouvera également le numéro de la police, le 17 et le 114, joignables par SMS.

Un lien vers le site arretonslesviolences.gouv.fr sera également possible. Cette plateforme gouvernementale permet de signaler des violences et de trouver des ressources associatives. “Je me réjouis du partenariat établi avec Tinder France visant à sensibiliser et à orienter les victimes et les témoins, a déclaré Isabelle Rome, ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes. C’est au travers de ce type d’actions concrètes que l’on protège mieux les filles et les femmes et que l’on fait évoluer les mentalités (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Cinéma : Emma Corrin souhaite des remises de prix non genrées pour plus d’inclusivité
Macron et Mélenchon distingués pour leur sexisme par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique
Les jeunes trans sont 4 fois plus susceptibles de souffrir de troubles du sommeil, selon une étude
Les généralistes mis à contribution pour détecter les violences faites aux femmes
L'Assemblée nationale adopte l'inscription du droit à l'IVG dans la Constitution : et maintenant ?