Tirs mortels de policiers à Paris : ce que l’on sait de la mort de la passagère après un refus d’obtempérer

© Jose Maria Hernandez / EyeEm / GettyImages

Samedi 4 juin, des policiers ont ouvert le feu sur un véhicule qui refusait d'obtempérer dans le 18e arrondissement. Touchée à la tête, la passagère de 21 ans est décédée. Sa famille a annoncé déposer plainte.

Un contrôle de police qui vire au drame. Dimanche 5 juin, une femme de 21 ans, passagère d'une voiture qui circulait dans le 18e arrondissement à Paris, est morte après avoir été touchée à la tête la veille par des tirs de policiers. Ces derniers assurent avoir ouvert le feu sur le véhicule en état de légitime défense.

Les trois policiers sont ressortis libres de garde à vue mardi, sans poursuites judiciaires à ce stade. Une information judiciaire a cependant été ouverte et confiée à un juge d'instruction, pour retracer précisément le déroulement des faits.

Lire aussi >> La police vivement critiquée après l’utilisation de gaz lacrymogène contre des usagers à la gare de l’Est

Que sait-on à ce stade de l’enquête ?

Samedi vers 11h00, dans le 18e arrondissement rue Ordener, trois policiers de la brigade territoriale de contact à VTT du commissariat local décident de contrôler une Peugeot 207, avec quatre personnes à bord et lui demandent de s'arrêter. Selon une source policière, l'un des occupants n'avaient pas mis sa ceinture.

Selon des récits concordants, le conducteur ne s'arrête pas et continue sa route. Au niveau du 47 boulevard Barbès, « ce dernier était bloqué dans la circulation puis redémarrait en dépit d'un nouvel ordre qui lui était donné d'arrêter le véhicule », selon la procureure de la République de Paris Laure Beccuau.

« À ce même endroit, deux policiers à vélo et un autre fonctionnaire d'un...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles