"TLMVPSP" : les mauvais souvenirs que garde Marie-Christine de sa participation

Depuis le lundi 18 mai 2020, les grands champions de Tout le monde veut prendre sa place sont de retour sur le plateau de France 2 afin de récolter des fonds pour la Fondation pour la recherche médicale. Impossible pour Marie-Christine, première candidate à s’être installée dans le célèbre fauteuil rouge, de ne pas être de la partie. Avec 213 victoires, celle qui détient le record de gains et de participations a affronté d’autres candidats bien connus du programme, mais surtout un certain Nagui, le jeudi 21 mai 2020. Toujours très curieux, l’époux de Mélanie Page en a profité pour lui demander : “Qu’est ce qui a été le plus dur pour vous dans les enregistrements ? Est-ce que c’est justement la masse d’émissions à enregistrer ? C’est par moment la fatigue, la concentration, la mobilisation ?”

"La fatigue mentale est extrêmement importante"

Marie-Christine s’est alors confiée sur “la fatigue” accumulée au cours des longs mois de tournages des émissions, entre avril et décembre 2018. “On se dit : ‘Rester sur un fauteuil, mobiliser son cerveau à répondre’... En fait c’est comme un rouleau compresseur, la fatigue mentale est extrêmement importante, c’est vraiment une grande découverte”, explique-t-elle. Sans oublier l'appréhension de perdre sa place : “Forcément, car chaque émission, on la commence sur un siège éjectable, donc on se dit, c’est peut-être la dernière”.

Confiant avoir eu envie de “bien faire “ et “de ne pas être ridicule”, Nagui l’interroge sur la lassitude ressentie au cours de son aventure et "l’envie d’arrêter de passer à la télé pour ne pas qu’on me reconnaisse”. Concédant “qu’au bout d’un moment, il y a une lassitude”, elle ajoute : “Et puis bon, il y a des moments pas toujours agréables, hein”. Connu pour ses petites blagues et autres remarques piquantes, Nagui rétorque : “Avec moi ? Oui, je sais”. Amusée, la candidate souligne : “Non, pas avec vous, avec les gens autour”. Mais comme dirait le présentateur : “Il y a quand même 196 900 euros au final, ça

(...) Cliquez ici pour voir la suite