Tomber amoureuse de son bébé : quand le coup de foudre intervient en décalé

Aujourd'hui, ma fille a deux mois et demi. Je l'ai aimée dès le premier jour, mais je n'en suis tombée folle amoureuse que quelques semaines plus tard. Car si l'instinct de protection se manifeste rapidement, le coup de foudre, lui, n'est pas toujours instantané.

On utilise souvent l'expression "déborder d'amour" quand on évoque la naissance de ses enfants. Un état qui serait réservé aux parents, un sentiment indescriptible qu'on ne pourrait comprendre qu'au moment de voir pour la première fois celui ou celle qu'on prépare au monde depuis des mois. A entendre les témoignages plein de bienveillance et d'un émerveillement plus ou moins lointain de mes proches, j'étais convaincue que moi aussi, je vivrai ce coup de foudre magique. Que lorsqu'on poserait ma fille sur ma poitrine après des heures d'un effort harassant et une grossesse en dents de scie, je saurai. Cette envie de tout lui donner, le tsunami d'émotions dont on me parle depuis des mois et cette dévotion qui dépasse l'entendement. Sauf que ça ne s'est pas passé exactement comme ça...

Faire connaissance

Quelques semaines avant d'accoucher, j'ai lu Mamas, la bande-dessinée de Lili Sohn qui questionnait l'instinct maternel - le seul livre en rapport avec la maternité à avoir foulé ma table de chevet, d'ailleurs. Dedans elle parle justement de cette rencontre du troisième type entre elle et son fils. Elle décrit ce qu'elle a ressenti à ce moment précis, comment son arrivée a bouleversé sa vie, dans tous les sens du terme. Elle avoue surtout qu'elle n'en est tombée amoureuse qu'au bout de quelques mois. J'ai trouvé son approche déculpabilisante et honnête, mais dans un coin de ma tête, j'étais persuadée que mon expérience s'en éloignerait. Pour tout dire, je n'étais pas loin de croire qu'un halo de lumière sortirait de nulle part pour nous enlacer moi et le bébé le jour J. Je vivais dans un mauvais téléfilm d'M6, en gros.

Une nuit de novembre, elle est née. En pleine santé et affamée - elle aime manger, c'est donc bien ma fille. Je l'ai tout de suite prise dans mes bras, elle était si petite que ça me semblait la seule façon de l'accueillir dans cette salle austère à l'éclairage douteux, mes jambes encore vissées sur les étriers.... Lire la suite sur le site Terrafemina
5 conseils pour être (enfin) prise au sérieux au travail
8 tactiques pour (enfin) dormir avec un homme qui ronfle
Transformer des yeux marrons en yeux bleus ? C'est maintenant possible
Grands-parents : ces 18 étapes qui vous ont filé un coup de vieux
10 mannequins différents qui font du bien à la mode