Tomer Sisley nous parle de ses retrouvailles avec le héros « Largo Winch » : « J'ai besoin de m'investir à 100 % »

En 2008, Tomer Sisley décrochait un rôle convoité par beaucoup d'acteurs en incarnant Largo Winch au cinéma, célèbre personnage de bande dessinée créé par les auteurs belges Jean Van Hamme et Philippe Francq. Après le succès du premier film, une suite sortait en 2011. Treize ans plus tard, il reprend du service dans Largo Winch. Le Prix de l'argent, d'Olivier Masset-Depasse, troisième chapitre qui fragilise l'aventurier milliardaire. Affable, généreux et sincère, Tomer Sisley nous raconte ses retrouvailles avec ce héros.

M.D. : Quel plaisir est-ce de renouer avec Largo Winch ?

T.S. : Immense, car on peut avoir une carrière d'acteur riche et ne jamais incarner un héros aussi iconique. Ensuite, l'accompagner durant quinze ans est une chance rare dans ce métier, et Largo et moi avons évolué sur des sentiers parallèles. Dans ce troisième film, il est père d'un postadolescent, et j'ai moi-même trois enfants de 13, 15 et 16 ans.

Ancien jeune premier, Largo est désormais un homme d'âge mûr confronté au fossé des générations à travers sa relation avec son fils. Je l'ai vécu des deux côtés : quand j'étais ado puis en tant que père. La plupart des parents traversent des moments tendus avec leurs enfants quand ces derniers cherchent à se démarquer des modèles. Dans le film, la différence est accentuée par le lien de Largo avec Bonnie, une jeune instagrameuse jouée par Elise Tilloloy, qui le suit dans son aventure. Largo a glissé de l'autre côté, et moi aussi, même si j'ai encore 14 ans dans ma tête.

À quel point le film est-il fidèle aux bandes dessinées ?

Il y a un album qui s'intitule le Prix de l'argent, mais le scénario prend de grandes libertés. Largo n'a, par exemple, pas d'enfant dans la BD. Cependant, le héros du film conserve son ADN, dans lequel je me reconnais depuis toujours. A 10 ans, Largo a été arraché à tout ce qu'il avait connu pour être propulsé dans un autre univers.

J'ai vécu la même chose : j'ai grandi à Berlin...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi