"Top Gun 2" n'a pas cédé à l'âgisme et il faut le souligner

"Top Gun 2" a apparemment choisi de jouer à fond la carte de la nostalgie... mais tout le monde n'est pas de la partie. Ainsi on ne retrouvera pas l'actrice Kelly McGillis à l'écran. Et pour la remplacer, la production a fait un choix de casting cohérent.

Top Gun : Maverick arrive dans nos salles ce 25 mai 2022. Une sortie longtemps repoussée pour cause de Covid. On y retrouvera le personnage-culte de Pete "Maverick" Mitchell, incarné par l'immortel Tom Cruise, mais aussi d'autres figures incontournables du premier opus, mis en scène par le regretté Tony Scott en 1986. Pourtant, l'une des figures centrales manque à l'appel.

Kelly McGillis, interprète du rôle de Charlie, personnage pourtant remarquable dans le précédent opus, ne sera pas de la partie. Mais pourquoi donc ? Le réalisateur Joseph Kosinski s'explique à ce sujet : "Il était important d'introduire de nouveaux personnages dans ce second volet et de ne pas toujours regarder en arrière". Un discours qui laisse songeur tant le sequel en question semble jouer la carte de la nostalgie.

Cependant, Joseph Kosinski, comme le relate le magazine Vanity Fair, insiste sur l'importance d'un nouveau personnage féminin : celui qu'incarne Jennifer Connelly, actrice âgée de 51 ans, qui jouera la nouvelle amoureuse de Maverick. Une bonne nouvelle et un choix cohérent quand on sait que Tom Cruise est âgé de 59 ans. En castant Jennifer Connelly, la production envoie ainsi valser l'âgisme qui gangrène l'industrie cinématographique et pousse tant de réalisateurs à privilégier des "jeunettes" au détriment d'actrices quadragénaires ou quinquagénaires.

Kelly McGillis s'explique

Kelly McGillis, aujourd'hui âgée de 64 ans, s'était elle-même exprimée...

Lire la suite

VIDÉO - "Dans la rue, les femmes me montrent leurs cheveux blancs" : Sophie Fontanel, sa lutte contre l’âgisme

À lire aussi

"Il faut écouter les femmes" : Kelly Rangama de Top Chef raconte l'enfer de l'endométriose
Pourquoi il faut absolument (re)lire le manifeste écoféministe de Françoise d'Eaubonne
"Il faut changer la vision que l'on a de la mère" : le discours féministe de Laetitia Casta

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles