Pas de topless dans les stades par "esthétisme" : le débat lunaire chez Estelle Denis

Périco Légasse, chroniqueur sur le plateau d'"Estelle Midi" présenté par Estelle Denis, a déballé un argumentaire aberrant sur la raison pour laquelle les femmes ne devraient pas être topless dans les stades. Un mélange entre "laïcité", esthétique et "égalité" complètement à côté de la plaque.

Les propos du chroniqueur sont hallucinants. Et pourtant, c'est bien en 2022 et en direct qu'ils ont été tenus. Interrogé sur l'interdiction du topless dans les stades par Estelle Denis sur RMC ce vendredi 10 juin, Périco Légasse, journaliste à Marianne, a ainsi démarré avec une "blague" qui laisse à désirer. "Moi je voudrais que le sein ait la forme du ballon, ballon rond ou ovale (...) ça stimulerait le sport". La présentatrice, visiblement agacée, a coupé court : "Et sinon, votre vrai avis ?".

Si le ton est devenu plus sérieux, les mots lâchés par le chroniqueur, eux, en sont restés tout aussi sexistes et sexualisants.

"Mon vrai avis est que le sport est une activité sociale où on ne doit pas créer de tensions ou heurter les autres. Il y a suffisamment de problèmes comme ça. Le sein nu, c'est la divulgation d'une intimité féminine qui peut avoir une connotation sexuelle. A ce titre-là, c'est dommage, je trouverais ça vraiment génial, mais je suis contre." Et Estelle Denis de recentrer le débat, rappelant que la revendication de certaines femmes est de dire que les hommes y ont le droit, alors pourquoi pas elles.

Périco Légasse poursuit, expliquant que "si on était sûr de l'esthétique" de la "paire de seins", les choses seraient différentes. "Mais on s'en fout de l'esthétique ! Vous croyez que le supporter homme qui se met torse nu, il en a quelque chose à faire de l'esthétique ?", lance Estelle Denis, "atterrée".

Imperturbable, Légasse...

Lire la suite

VIDÉO - Laëtitia Mendes, la "guerrière sans seins" : "À 27 ans, on m'annonce la mort"

À lire aussi

Chez cette coiffeuse féministe, les femmes et les hommes paient le même prix
Aux Etats-Unis, elles revendiquent leur droit au topless face à la Cour suprême
Marlène Schiappa chez Hanouna : "On ne sait plus vraiment ce qu'elle représente"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles