Torticolis du nourrisson : de la kiné sans tarder

·1 min de lecture

La naissance n’est pas une mince affaire. Ni pour la mère, ni pour l’enfant. Pour celui-ci, l’accouchement peut avoir des effets sur les muscles de son cou notamment. En particulier si des ventouses ou des spatules ont été nécessaires pour l’aider à sortir. Mais pas uniquement.

De quoi s’agit-il ? « Le torticolis congénital du nourrisson se caractérise par une malposition en inclinaison et en rotation du rachis cervical chez le nouveau-né », décrit l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes. Il peut être dû au positionnement du bébé dans le ventre de sa mère ou à un accouchement avec ventouses par exemple.

Le torticolis se manifeste de diverses manières. Le bébé peut présenter une capacité limitée à tourner la tête d’un côté ou de l’autre. Sa tête peut être « désaxée » par rapport à son buste. On peut parfois retrouver une boule dans le muscle du cou. Enfin, des rougeurs au niveau du cou peuvent être observées en raison des frottements dus à la dissymétrie.

Quelle prise en charge ? Dans tous les cas, le recours à de la kinésithérapie ou l’ostéopathie le plus précocement possible est indiqué. Le praticien « propose une correction manuelle et globale afin de corriger l’attitude spontanée de bébé en s’assurant que celui-ci est bien libre de ses mouvements », décrit l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes. « En travaillant, en douceur, sur l’ensemble du corps, il vise à libérer l’amplitude articulaire. » Il est aussi recommandé d’apprendre au bébé à se mettre sur le ventre, toujours sous surveillance.