• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La fille de Daniel Balavoine, Joana, se confie sur sa vie amoureuse : "Tout tournait au drame"

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Daniel Balavoine est décédé mardi 14 janvier 1986 à l'âge de 33 ans dans un tragique accident d'hélicoptère. Un véritable drame pour les Français qui étaient nombreux à aduler le chanteur connu pour ses titres emblématiques tels que L'Aziza ou encore Mon fils, ma bataille. Un destin tragique d'autant plus que cinq mois après l'accident, sa petite fille, Joana, naissait. Elle n'a donc jamais eu la chance de connaître son père, un manque qui l’a marqué encore aujourd'hui comme elle l'a confié dans les colonnes de Paris Match jeudi 26 août 2021 à l'occasion de la sortie de sa bande dessinée Les Lions endormis : "Les chansons, c'est bien mais… Je n'ai jamais eu un câlin, jamais eu d'intimité avec lui. On se raccroche à ce qu'on peut", a déclaré Joana Balavoine en confiant avoir toujours sur elle, la boucle d'oreille de son père et ce, depuis "presque vingt ans".

Un héritage qui l'a aidé à combattre ses addictions. En effet, pendant de longues années, Joana Balavoine a été accro à la drogue : "je me suis dit que je ne pouvais pas continuer à mentir comme ça, à vivre dans cette illusion. Que je ne pouvais pas détruire son héritage", commence la fille du chanteur. "La drogue vous amène à douter de tout, vous fait vivre dans un monde chargé d'illusions. Ni les émotions ni les sentiments n'y échappent. Donc les gens avec qui j'ai été se camaient aussi. Et je crois qu'il n'y a pas plus pathétique qu'un couple qui se drogue. Celui ou celle qui est à côté de vous, vous rassure pour les mauvaises (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles