"On est très loin de ce qu'on demande" : les intermittents occupent toujours l'Odéon

·2 min de lecture

Depuis maintenant une semaine, une cinquantaine d'intermittents du spectacle occupent le théâtre parisien de l'Odéon pour réclamer une prolongation de l'année blanche, ainsi que la réouverture des lieux culturels. Europe 1 est allée à la rencontre de ces comédiens, musiciens et techniciens.

"Nous exigeons une prolongation de l'année blanche." Comme chaque jour depuis maintenant une semaine, les intermittents qui occupent pacifiquement le théâtre parisien de l'Odéon organisent deux assemblées générales par jour. En plus d'une prolongation de l'année blanche [la prolongation des droits d'indemnisations, ndlr] jusqu'en août 2022, ils souhaitent aussi voir rouvrir les salles de spectacles le plus vite possible. Car la promesse du Premier ministre Jean Castex et de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot de mettre 20 millions d'euros sur la table pour venir en aide au secteur ne suffit pas, selon les manifestants.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation vendredi 12 mars

"Il y a plein de gens qui ne travailleront pas encore après l'ouverture des salles"

"C'est une miette", affirme au micro d'Europe 1 Karine Huet, secrétaire générale adjointe du SNAM-CGT (Union Nationale des Syndicats d'Artistes Musiciens de France), qui fait partie des quelque 50 personnes qui occupent le théâtre. "Il y a plein de gens qui ne travailleront pas encore après l'ouverture des salles. On doit les sécuriser pour qu'ils puissent avoir le droit au chômage un peu plus longtemps afin de tenir bon jusqu'à la fin de toute cette histoire."

"On est très loin de ce que l'on demande", ajoute de son côté Rebecca, une comédienne qui occupe elle aussi l'Odéon. Les 20 millions d'euros promis par le gouvernement l'ont fait "rire jaune", explique-t-elle à Europe 1 entre l...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :