[Trailer] “Gunda”, plongée dans le monde animal

Louise Vandeginste
·1 min de lecture
(Copyright Neon)
(Copyright Neon)

A la manière du cinéaste français Emmanuel Gras (Makala) qui filmait des vaches à hauteur de regard dans Bovines (2011), Victor Kossakovsky s'est immergé dans l'univers d'une ferme. Il a filmé en noir et blanc, avec une patience infinie et dans l'intention de se fondre dans le décor, le quotidien d'une truie et de ses petits, d'une flopée de poulets et un troupeau de vaches. Gunda est le dernier film en date que le réalisateur russe a consacré à la nature après le magnifique Aquarela, l'odyssée de l'eau (2018), un film expérimental sur la mer.

Selon le synopsis officiel : "Gunda nous demande de méditer sur le mystère de la conscience animale, et de réfléchir au rôle de l'humanité." Joaquin Phoenix, connu pour son engagement pour la cause animale, a rejoint le projet en tant que producteur exécutif après avoir découvert un premier montage qui l'a beaucoup ému.

Au festival de Berlin, le film a été extrêmement bien reçu, récoltant des critiques élogieuses du New York Times, The Hollywood Reporter ou encore IndieWire. Tous soulignent la magie d'un film qui montrerait les animaux tels qu'ils sont dans leur intimité, loin du regard condescendant et industriel des hommes.

>> A lire a

Lire la suite sur lesinrocks.com