Trains de nuit : comment garantir la sécurité aux femmes ?

·1 min de lecture

Si le retour des trains couchette a été salué par de nombreux adeptes de ce mode de transports, la sécurité pour les femmes reste un enjeu prioritaire dans ces espaces clos. Tour d’horizon avec Chris Blache, anthropologue urbaine et socio-ethnographe. 

« Trop hâte du train de nuit Paris-Berlin ! » Sur les réseaux sociaux, l’annonce du retour des trains de nuit a été salué en masse. Le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a annoncé dimanche dernier vouloir remettre les trains couchettes au goût du jour. « Je souhaite que nous ayons une dizaine de lignes nationales de train de nuit à l’horizon 2030 », a-t-il déclaré lors de la cérémonie de relance de la liaison Paris-Briançon après travaux, et le retour du Paris-Tarbes-Lourdes.  

Lire aussi >> Comment voyager sans (trop) polluer

Il a également cité, entre autres, les liaisons vers Nice, Rodez, Albi, Bayonne et Saint-Sébastien, Perpignan, Barcelone ou Toulouse, Montpellier et Marseille. L’hypothèse de trains de nuit reliant Paris aux capitales européennes a également été évoquée.  

Concernant les aménagements, les voitures-lits feront « leur retour, en complément des voitures-couchettes et des places assises », a annoncé le ministre. Ces wagons comprenant quatre ou six places permettent de faire voyager ensemble plusieurs personnes, qui, comme dans un train classique, ne se connaissent pas toujours. Au détriment de la sécurité des femmes, craignent certains. « Il y a du harcèlement dans les transports, comme il y en a ailleurs. La problématique dans les trains, c'est l’espace contraint qui – contrairement à l’espace public – offre peu d’échappatoire », affirme Chris Blache, anthropologue urbaine...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Le train de nuit Vienne-Paris reprend du service

 A lire aussi 

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles