Comment transmettre la Shoah aux jeunes générations ?

"A Auschwitz, ma sœur, qui n’est pas revenue, m’a fait promettre de raconter ce qui nous arrivait pour qu’on ne devienne pas les oubliés de l’Histoire". A 92 ans, Esther Senot continuer d’honorer cette promesse et, inlassablement, de livrer son expérience des camps de la mort aux élèves de la France entière. Malheureusement, le temps passe et les déportés disparaissent progressivement (il ne reste que 130 survivants environ et tous ne sont plus en état de témoigner). Pour contrer cette fatalité, le Mémorial de la Shoah, principal lieu de mémoire du génocide des Juifs d’Europe, a mis en place différents projets. Depuis plusieurs années, avec l’aide de l’Union des déportés d’Auschwitz, les témoignages des rescapés ont été numérisés ainsi que divers documents (lettres, photos). "C’est un legs précieux pour les jeunes générations, insiste Olivier Lalieu, historien et responsable des lieux de mémoire au Mémorial. Ces histoires participent à construire l’Histoire, elles l’incarnent".

L’étude de la Shoah étant aux programmes de 3e et de Terminale, le Mémorial a établi de longue date un partenariat avec l’Education Nationale. Chaque année, il ouvre ses portes aux enseignants et à leurs élèves (66000 visiteurs en 2018) et encadre des voyages scolaires à Auschwitz. Toutes les académies sont sensibilisées. Pour les enseignants, un stage académique et une visite à Auschwitz sont organisés. "Un moment saisissant qui dépoussière nos connaissances et aiguise notre volonté de transmettre la mémoire", résume Christophe Lucas, professeur d’histoire-géographie.

Pour l'écrivain Marek Halter*, il ne suffit pas de transmettre la mémoire, il faut l’adapter au monde d’aujourd’hui. "Combien de temps encore les jeunes vont-ils se déplacer dans le froid pour entendre cette « vieille » histoire ? C’est une vraie question". Afin qu’ils se sentent concernés, il plaide pour un changement de discours : "Dans les classes, il faut faire des parallèles, parler du génocide au Rwanda par exemple, pour montrer

(...) Cliquez ici pour voir la suite