Travail : "act your wage", cette tendance qui veut vous faire bosser à la hauteur de votre salaire et pas plus

Energiepic.com

TikTok n'en finit pas de révolutionner le monde du travail, pour la plus grande joie des (jeunes) salarié·es. À peine la tornade "quiet quitting" passée, voici sa petite sœur : #ActYourWage. Littéralement, agis selon ton salaire. Nombre de vues au compteur : plus de 127 millions. Le principe est simple, et se rapproche d'ailleurs de la tendance précédente. Ne pas travailler plus que ce qui nous est payé. Pour ce faire, le hashtag repose sur la transparence salariale, si peu commune en entreprise, et la possibilité pour les travailleur·euses de remettre en question leur rémunération.

À connotation moins négative que le phénomène des démissions silencieuses – qui consiste à ne faire que le strict minimum pour éviter de quitter son travail –, "act your wage" incite notamment les jeunes employé·es à scruter leur fiche de poste pour faire la liste de leurs missions, et de s'y tenir, à moins par exemple de vouloir une promotion ou d'aspirer à une évolution professionnelle dans la même entreprise. Objectif : fixer des limites pour ne pas de trop en faire, montrer le décalage entre la rémunération et la demande d’investissement dans leur poste. Et ainsi, éviter de s'épuiser. Le burn out, ça vous dit quelque chose ?

Si le hashtag fait des émules sur TikTok depuis plusieurs semaines, il n'a pourtant rien de nouveau. Selon le magazine Business Insider, il daterait même de 2020 : dans une vidéo, Steph Hannes, 27 ans, détaille ses galères de boulot et confie sa manière de se préserver. "Parfois, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Qu'est-ce que la méthode des 5-D pour lutter contre le harcèlement de rue ?
"Commence à t’aimer", la lettre inspirante de Samira Wiley à la petite fille qu’elle était
Journée de l'adoption : le gouvernement se penche enfin sur le cas des pratiques illicites en France
Homophobie dans le foot : la Ligue professionnelle s'associe à une cellule d'écoute pour libérer la parole
Selon un rapport de la Miviludes, les jeunes hommes seraient plus en proie aux dérives sectaires