Publicité

Travail: adoptez le “loud quitting”, l’art de tenter le tout pour le tout avant de démissionner

La pandémie de Covid-19 et les confinements ont rebattu les cartes de notre équilibre socio-professionnel, générant chez beaucoup une crise existentielle profonde. Ajoutez une bonne dose d’inflation, un accroissement de la détresse psychologique au boulot et une perte d’intérêt pour la valeur Travail, et vous avez toutes les conditions réunies pour voir émerger une nouvelle tendance : le “loud quitting”. Après le “quiet quitting” et le “conscious quitting”, ce nouveau phénomène s’inscrit une fois de plus dans le sillage de la Grande Démission.

Derrière cet anglicisme, se cache une nouvelle manière de quitter son job, nous apprend Terra Femina : celle de la “démission bruyante”. À l’inverse du “quiet quitting”, l’idée n’est pas ici de se désengager discrètement de son travail ni de se faire tout‧e petit‧e, mais plutôt de jouer cartes sur table avec son employeur, et d’y aller fort. Un cas pratique pour vous aider à vous projeter : Brandon travaille depuis 2 ans dans la même boîte, il est très compétent dans son champ d’expertise, et se rend toujours disponible pour filer un coup de main à droite ou à gauche. Seulement voilà, Brandon en a marre d’être pris pour un con : son salaire et son statut dans l’entreprise ne sont pas en adéquation avec les missions qu’il remplit. Brandon est donc un candidat idéal pour le "loud quitting", et on vous explique comment il pourrait se saisir de cette tendance.

Concrètement, faire du “loud quitting” consiste à faire comprendre à ses supérieurs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Oscars : le scandale de l’Ozempic, un antidiabétique utilisé comme coupe-faim, s'invite à la cérémonie
Le racisme ordinaire à l’encontre des Asiatiques sévit encore en France, alerte une étude du CNRS
Travail : voici les 10 types de boss horribles (mais qui pensent être géniaux)
Aux États-Unis, un groupe catholique utilise les données de Grindr pour traquer les prêtres gays
Selon une étude, les enfants confiés à l'ASE sont toujours plus victimes de violences sexuelles