Publicité

Travail : c'est quoi le mentorat inversé qui aide à lutter contre le syndrome de l'imposteur ?

Devenez, vous aussi, un mentor. Alors que la santé mentale de nombreux·euses employé·es n'est pas au beau fixe, il n'y a rien de pire que d'ajouter au stress et à l'anxiété le syndrome de l'imposteur, qui touche notamment une femme sur deux, si l'on en croit une étude britannique publiée en avril dernier. Dans une grande majorité des cas (63 %), ce sentiment d'imposture est provoqué par un manque de confiance en soi, tandis que 44 % estiment que se comparer régulièrement aux autres y participe, et 10 % pensent que le "perfectionnisme" y contribue.

Pour se débarrasser de cette idée, Patrice Gordon, fondateur d'Eminere, conseille auprès de Stylist de mettre en place le mentorat inversé, un outil sous-estimé qui peut avoir un impact considérable. "Le mentorat inversé renverse la relation traditionnelle mentor-mentoré, encourageant l'échange de connaissances lorsque des personnes sous-représentées encadrent des homologues plus âgés", explique-t-il. Alors que les mentors occupent généralement un poste supérieur dans l'échelle du travail, il s'agit ici de permettre aux employé·es en dessous de transmettre leurs connaissances et leur expérience vers le haut. "Cette approche, en particulier dans les lieux de travail diversifiés et inclusifs, favorise une compréhension et une appréciation plus approfondies des différentes perspectives, en faisant tomber les barrières hiérarchiques et générationnelles", estime-t-il.

Si les avantages sont évidents pour la personne qui reçoit les connaissances, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Que l'on soit petit ou grand, nous aurions tout intérêt à dormir avec un doudou selon la science
Être enfant unique fait-il de moi un adulte différent ?
Les 7 red flags à repérer (et à bannir) quand on se parle à soi-même
Santé mentale : pourquoi nous devrions tous faire un câlin à une vache
Bien-être : une étude révèle le sport bénéfique pour les femmes