"Je travaille dans un supermarché et suis en première ligne pour gérer le stress et l'incivisme des clients" - BLOG

Elsa M.
Depuis le début de la crise, l’entreprise n’a fourni aucun masque aux employés. Ils nous ont expliqué qu’ils n’en avaient pas, que si nous souhaitions venir travailler avec un masque, c’était possible, mais nous devions le trouver par nos propres moyens.  (image d'illustration)

BLOG - Écouter les commérages des clients, leurs plaintes, leurs conversations téléphoniques. Tout ça entre les innombrables “BIP” lorsque je scanne leurs articles. J’en ai l’habitude, je travaille à la caisse d’une chaîne de supermarchés depuis le mois de septembre 2019. 

C’est un métier difficile, il faut rester patient et calme, je l’ai vite compris. En seulement quelques mois, j’avais appris à gérer l’autorité de mes supérieurs, les différents caractères des clients, et j’ai continué pendant cette crise du Coronavirus. Mais certains clients sont devenus ingérables. 

 Un gel hydroalcoolique pour cinq caisses

Je voudrais commencer par évoquer le non respect envers les caissiers, de la part des clients, mais aussi de nos supérieurs. Depuis le début de la crise, l’entreprise n’a fourni aucun masque aux employés. Ils nous ont expliqué qu’ils n’en avaient pas, que si nous souhaitions venir travailler avec un masque, c’était possible, mais nous devions le trouver par nos propres moyens. 

Ils nous ont donné des gants et un gel hydroalcoolique pour cinq caisses. Le gel n’a pas fait long feu.  

Je travaille donc sans masque, comme la plupart de mes collègues. Pour se laver les mains, je ne le fais que lorsque j’en ai l’occasion: lors des pauses puisque je dois me rendre aux toilettes, mais heureusement j’ai tout de même des gants. 

La plupart du manque de respect revient aux clients, car mon entreprise a fait des efforts suite aux annonces d’Emmanuel Macron: un marquage au sol est apparu afin que les clients respectent les distances de sécurité. Un vigile a été embauché afin de surveiller qu’aucun client n’entre par la sortie du magasin.

Ils doivent entrer vingt par vingt, mais chaque jour ils essaient d’entrer par la sortie car ils ne veulent pas attendre. Le vigile est là pour les remettre dans la file d’attente à l’extérieur. 

“Vous avez mauvaise mine madame !” 

Une fois que les clients sont entrés dans le magasin, il faut se préparer à leurs remarques, leur manque de...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post