Tremblement essentiel : quelle est cette maladie mal connue qui touche Clara Luciani ?

L’interprète de "Grenade", Clara Luciani, a révélé au Parisien, fin novembre dernier, souffrir d’une maladie neurologique et génétique, qu’elle tente tant bien que mal de dissimuler. "J’ai une maladie qui s’appelle le tremblement essentiel. C’est héréditaire, ma mère a ça aussi", a déclaré la musicienne.

Souvent confondu avec la maladie de Parkinson, le tremblement essentiel est une pathologie encore mal connue à ce jour. Pourtant, elle toucherait 1 personne sur 200 en France, soit 300.000 Français, selon un rapport publié en 2015 par l’Association des personnes concernées par le tremblement essentiel (Aptes).

Une maladie handicapante

Cette maladie est un handicap quotidien car elle provoque des tremblements incontrôlables, qui peuvent survenir pendant que la personne se lave les dents, écrit, lace ses chaussures ou encore se maquille. Les tremblements se déclenchent pendant une action, à la différence du tremblement lié à la maladie de Parkinson, qui se manifeste au repos. Ils atteignent généralement les mains, les bras, la tête, mais peuvent ensuite se manifester dans tout le corps, et même être source de déséquilibre pour la marche.

La chanteuse a donc dû apprendre à gérer ses tremblements lors de ses passages sur scène. "Je tremble toujours un peu et c’est accentué par le stress et la fatigue. On a trouvé la solution pour les concerts, où j'utilise un micro avec un fil que je tiens des deux mains et ça m'équilibre. Et les Victoires, c'était la première télé où je n'ai pas trop tremblé, où on ne voyait pas à quel point j'étais effrayée", explique Clara Luciani.

Quels sont les traitements ?

"On ne sait ni guérir, ni enrayer l’évolution du tremblement essentiel. Malgré tout, des traitements permettent de soulager partiellement les symptômes et d’améliorer la qualité de vie. Ces derniers sont considérés comme efficaces si le gain obtenu sur la gravité des symptômes est de l'ordre de 50%", indique le rapport de l’Aptes.

Des médicaments (comme les antiépileptiques, les anxiolytiques,

(...) Cliquez ici pour voir la suite