Vers un tri des malades dans les hôpitaux : le cri d'alarme du représentant des médecins hospitaliers

·2 min de lecture

Selon Santé publique France, le 4 novembre, 40.000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en 24 heures. Invité sur le plateau de l’émission Quotidien, le Pr Rémi Salomon, président de la commission médicale des hôpitaux de Paris (AP-HP) et par ailleurs chef du service de néphrologie pédiatrique à l’hôpital Necker-Enfants malades a alerté sur l’importante circulation du virus. "Le pire est devant nous", a-t-il prévenu.

Lors de son intervention, le professeur l’a rappelé : le pic de l’épidémie est prévu pour le 15 novembre. Si la situation sanitaire continue de se dégrader, les équipes hospitalières devront faire un tri entre les malades. "Si nous ne pouvons plus accueillir tous les patients qui arrivent, nous allons installer des tentes devant les hôpitaux. Nous allons devoir choisir les patients que nous allons prendre en charge et ceux que nous allons laisser mourir. Ce n’est pas acceptable", a complété Rémi Salomon.

Pour éviter ce scénario catastrophique, le professeur a donc demandé aux Français de respecter scrupuleusement les mesures sanitaires et de limiter les contacts afin de casser la chaîne de transmission. Selon Rémi Salomon, il est nécessaire de suivre le protocole sanitaire dans les établissements scolaires. Au moment des repas, il a préconisé de garder au maximum ses distances ou de décaler les horaires pour éviter une forte affluence dans ces lieux clos. Le professeur a également rappelé l’importance d’aérer son domicile afin de réduire la charge virale présente dans l’air.

"C’est maintenant qu’il faut le faire. Dans 15 jours ou 3 semaines, il sera trop tard", a martelé Rémi Salomon. Le président de la commission médicale des hôpitaux de Paris s’est donc directement adressé aux téléspectateurs : "Je sais que vous êtes environ 2 millions à regarder, et je me dis que même s'il y en a un sur dix qui m'entend et qui change son comportement, je me dis que c'est toujours ça".

À lire aussi :

Covid-19 : quels sont les symptômes les plus fréquents chez (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite