Un tribunal japonais tranche en faveur de la reconnaissance du mariage gay

ELLE avec AFP
·2 min de lecture

Le président de l’audience a estimé qu’il n’était pas « raisonnablement fondé et discriminatoire » de priver les homosexuels du droit au mariage, faisant ainsi un pas vers la reconnaissance du mariage entre deux personnes du même sexe au Japon. 

C’est une décision de justice historique. Alors que le Japon est le dernier pays du G7 à ne pas reconnaître légalement le mariage homosexuel, un tribunal a estimé mercredi que la non reconnaissance du mariage entre personnes du même sexe était anticonstitutionnelle. Une première dans le pays, immédiatement saluée comme une victoire sans précédent par des militants pour l'égalité des droits. 

Lire aussi >> LGBTphobie en confinement : « J'ai 13 ans et mes parents me traitent tous les jours de "pédé" »

Le tribunal de première instance de la ville de Sapporo, au nord du pays, a jugé que le fait de ne pas reconnaître le mariage gay était contraire à l'article 14 de la Constitution japonaise, qui dispose que « tous les citoyens sont égaux devant la loi ». Le jugement de Sapporo est le premier à être rendu dans le cadre d'actions en justice contre l'Etat japonais engagées par une dizaine de couples homosexuels en 2019 pour obtenir la reconnaissance légale de leurs unions. 

Pour l’heure, l'Etat japonais estime qu'une telle union n'est « pas prévue » par la Constitution. Celle-ci se limite à souligner à propos du mariage la nécessité d'un consentement mutuel « des deux sexes », ce qui laisse la place à beaucoup d'interprétation. 

Une reconnaissance mais pas de dédommagements  

À l’issue du jugement, les avocats des plaignants ont hissé devant le tribunal une banderole saluant sa décision comme « un grand pas pour l'égalité devant le...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi