TRIBUNE. "En exigeant une validation de nos reportages, les pouvoirs publics veulent s’octroyer un droit à la censure"

franceinfo
·1 min de lecture

Les journalistes de l’audiovisuel, réalisateurs de documentaires, rédacteurs en chef, directeurs de l’information, producteurs de magazines d’actualité tiennent par ce texte commun à dénoncer de nouvelles entraves à la liberté d’informer. Les tentatives de contrôle de nos tournages par les pouvoirs publics (police, justice, administration pénitentiaire, gendarmerie notamment) n’ont jamais été aussi pressantes.

TRIBUNE. "Nous n'accréditerons pas nos journalistes pour couvrir les manifestations"

Un exemple illustre cette dérive : avant d’autoriser à filmer des policiers dans l’exercice de leur fonction, le service de communication de la police nationale exige désormais un droit de validation du reportage avant diffusion.

Il demande aux sociétés productrices de reportages la signature d’une convention stipulant qu’il "visionnera l’émission dans sa version définitive avant première diffusion dans un délai permettant une éventuelle modification (...) sera le seul habilité à valider définitivement le contenu produit sur les plans juridiques, éthiques et déontologiques en accord avec la société (...) Les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi